top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCaroline Ouellette

Au printemps, jeûne ou cure?

À l'arrivée du printemps c'est une question qui revient souvent. je vous partage alors mes expériences et connaissances que j'ai sur ce sujet. Bien sur il y a plusieurs aspects que j'aborderai pas mais cela vous donnera une vue d'ensemble sur les différences entre la cure et le jeun.


Dans ma pratique personnelle j'ai fais plusieurs moments de jeûnes et j'ai exploré plusieurs avenues de cures également. Les cures seront préférées lorsque je me sens froide, lorsque mon corps semble avoir besoin d'être revitalisé, nourri, si il semble vivre une stagnation aussi ou encore si je sens qu'il manque de vitamine ou de minéraux. Après ou pendant une maladie comme si j'ai attraper un virus ou si j'ai vécu un stress intense et que mon corps a besoin que je prenne soin de lui j'utiliserai peut-être alors une cure. Bien sur la cure sera différente selon mes besoins. Par exemple si je vois que mon corps a de la difficulté à se nettoyer, si la sensation que je n'évacue pas tout ce qu'il y a à être évacué est présente depuis un bon moment, alors je songerai à faire une cure peut-être de raisins bios durant quelques jours, comme mes parents faisaient lorsque j'étais jeune. Ou encore une cure à l'eau d'argile qui viendra purifier l'organisme, de jus frais en pensant particulièrement au chou, pomme et betterave, avec ajout de psyllium et d'orme rouge. Parfois même une cure de soupe chaude qui apportera plus de liquide à mon corps, surtout si la température est froide dehors. Il est même possible d'alterner le cru et le cuit dans la même cure. Dans tous les cas, il est important de s'assurer de bien éliminer, que les reins sont tonifiés, que le foie est allégé et que nous sommes surtout disposé à faire cette cure dans notre vie. Beaucoup d'eau, une bonne eau ca va de soi, certaines plantes peuvent aussi être introduites dans la cure pour travailler différents organes et besoins.


Pour ce qui est du jeun, il permet de régénéré le corps, l'être & même l'esprit, une forme de remise à neuf, de détoxification profonde selon le jeun vécu. Pour certaines personnes le jeun ne sera pas recommandé. Je privilégie le jeun à la limonade. Au début, les 3 premiers jours, les organes se mettent en action pour se nettoyer doucement, le corps nettoie les déchets encore présents dans les intestins, sort la nourriture des derniers jours, semaines, des derniers mois voir des années même. Il faut comprendre que certains déchets s'incrustent profondément dans nos intestins et dans nos tissus et empêchent l'absorption des nutriments, la détoxification et la régénération naturelle du corps. Des maux de têtes et autres symptômes désagréables peuvent alors se produire dans cette phase. Si le jeun est bien organisé, cette phase peut être légère tout de même. Après 3 ou 4 jours de jeun, les cellules commencent à se détoxifiées, à se libérées des toxines. À partir de cette phase, certains organismes néfastes comme les parasites ou bactéries nocives peuvent alors aussi chercher à sortir, c'est une phase très importante qui demande alors d'éliminer, soit à l'aide de plantes, de massages et/ou avec des irrigations du colon. Après 5 à 7 jours de jeun, nous sentons très bien la régénération des cellules, la respiration est plus fluide, les pensées deviennent claires, notre peau devient belle, nos envies se transforment, nous changeons alors profondément. Parfois, nous goûtons à des espaces praniques et élevants, de grands changements profonds peuvent alors prendre forme en nous.


La faim, selon les jeûnes et suivis se fait alors sentir vers la dixième journée. Lorsqu'elle arrive, c'est le temps de la reprise alimentaire. La reprise est tout aussi importante que le jeun en soi. Pour ce qui est des plantes elles seront choisies avec soin pour venir travailler au travers du jeun avec les intentions d'éliminer peut-être les parasites, le Candida albicans, les rages de sucres, les déséquilibres profonds, bref, il est important lors de jeun d'être suivi par une naturopathe qualifiée pour bien aligné les besoins et utilisation des bons produits. Le jeun pourrait alors être court selon les personnes et sera adapté à chacun. Le corps et le mental vivra un certain stress avec le jeun, il doit se faire de façon éclairé et personnalisé. L'accompagnement au jeun ou à la cure doit être un accompagnement holistique, qui ouvre la porte aux différentes avenues possibles pour celui qui rentre dans cette expérience. Prendre en compte le vécu de chacun. Expérience qui sera différente chaque fois mais toujours très transformatrice.


Quand je pense au jeûne je pense aussi à Gandhi qui faisait des jeûnes pour trouvé des solutions claires lors de conflits ou en encore guise de protestation, une forme de confiance s'éveillait alors en lui. Ou encore le jeun chez les animaux qui par instinct, connaissent très bien cette façon de régénérer le corps, ils sont rarement malades voir jamais. Il y a aussi les jeûnes durant les quêtes de vision et autres initiations qui permettent alors d'avoir une vision claire et différente lors de cette expérience. Le jeûne ne date pas d'hier. Lorsqu'il est temps pour nous de faire un jeun, nous le savons, c'est comme si toutes nos cellules le demandaient, si ce n'est pas la, ce n'est pas le bon moment, peut-être ça ne le sera jamais et tout a sa place. Un jeûne ne doit jamais être forcé, c'est un processus personnel. Moi ce que je préfère c'est faire une cure au début de l'automne et peut-être même une cure après les fêtes et faire un bon jeun au printemps. J'ai fais 2 jeûnes de 10 jours/an durant des années. Je peux vous partager que le jeun m'a guidé, ma reconstruite et m'a guéri de plusieurs troubles et maladies vécus dans le passé. Pour moi c'est avec joie que j'entreprends ce passage printanier à nouveau cette année pour une dizaine de jours.







95 vues0 commentaire

Σχόλια


bottom of page